Noun Research 2610192

Quel est le potentiel des méthodes non animales pour la biomédicale ?

Des recherches intensives sont menées sur les méthodes ne faisant pas appel à l'expérimentation animale pour des raisons éthiques, économiques, juridiques mais aussi scientifiques. L'expérimentation animale a déjà été remplacée pour certaines expériences spécifiques, mais pas pour toutes. Jusqu'à présent, ni les expériences sur les animaux ni les méthodes non animales ne sont suffisantes pour garantir la transférabilité à l'homme. La question de savoir si la recherche biomédicale pourra un jour se passer totalement de l'expérimentation animale est discutable.

L'expérimentation animale est, en dehors des expériences sur l'homme, la seule possibilité à ce jour de connaître les effets d'un nouveau médicament sur un organisme [1]. Toutefois, afin de réduire les expériences sur les animaux, des recherches intensives sont également menées sur les méthodes non animales. Outre les considérations éthiques, des raisons techniques et économiques sont également responsables de cette évolution : les méthodes sans animaux sont souvent moins coûteuses et plus faciles à manipuler. En outre, le droit suisse exige que l'on renonce aux expériences sur les animaux lorsque cela est possible [2]. La question de savoir si la recherche biomédicale pourra un jour se passer totalement de l'expérimentation animale est scientifiquement controversée et, en fin de compte, c'est aussi une question politique dans laquelle les intérêts des animaux et des humains doivent être mis en balance [3]. Tout comme il existe une obligation éthique de réduire le fardeau des animaux dans la recherche, les patients humains ont le droit éthique d'attendre de la recherche et de la médecine qu'elles s'efforcent de réduire leurs souffrances [4].

Les cultures de cellules et de tissus, les simulations informatiques ou les approches de type « organ chip », qui sont de plus en plus utilisées, sont des exemples de méthodes non animales (dites "méthodes alternatives") [5]. Il est important de souligner que même le développement de ces méthodes non animales dépend de l'expérimentation animale. En effet, les résultats des nouvelles méthodes sont souvent comparés aux résultats de l'expérimentation animale au cours du développement. Il s'agit de s'assurer que les nouvelles méthodes non animales fonctionnent correctement et peuvent donner des résultats au moins aussi bons que ceux des expériences approfondies.

En outre, les résultats de l'expérimentation animale sont souvent à l'origine de nouvelles méthodes. Les organes miniatures, appelés « organoïdes », en sont un exemple. Il s'agit d'une technique prometteuse dans le domaine de la culture des cellules et des tissus, dans laquelle des organes en 3D sont cultivés à partir de cellules souches, qui se transforment en un organe miniature de leur choix en recevant, entre autres, les nutriments appropriés. Les cellules souches nécessaires à cet effet ont dû être isolées pour la première fois à partir d'animaux, jusqu'à ce que soient développées des méthodes permettant la culture et la conservation continues de ces cellules. En outre, les résultats des expériences sur les animaux étaient essentiels pour déterminer les conditions dans lesquelles les organoïdes artificiels pouvaient être cultivés [6]. Sans l'utilisation d'animaux, le développement de ces méthodes et de nombreuses autres sous cette forme n'aurait pas été possible.

Bien que les organoïdes permettent la recherche sur des organes modèles, ils ne peuvent pas représenter les interactions entre les différents organes d'un corps. Cependant, il existe des approches non animales qui tentent de simuler des systèmes d'organes entiers - les modèles dits « organ chip ». Ils fonctionnent en connectant différentes cultures cellulaires microscopiques sur de petites puces. Ainsi, par exemple, l'influence des produits de dégradation potentiellement toxiques des cellules hépatiques sur les cellules cardiaques peut être testée en reliant les différents types de cellules entre eux [7]. Cependant, ces approches n'en sont qu'à leurs balbutiements et continuent donc de reposer sur l'expérimentation animale pour leur développement ultérieur [8].

Cependant, il existe également des méthodes non animales qui peuvent remplacer complètement l'expérimentation animale pour une question spécifique. Par exemple, certains médicaments doivent être testés pour déterminer s'ils contiennent des substances qui déclenchent la fièvre (appelées « pyrogènes »). Dans le passé, ce test a été effectué sur des lapins [9]. En Europe, cependant, le "test d'activation des monocytes", qui utilise uniquement des cellules humaines, est désormais autorisé pour cet examen [10].

Vous trouverez de plus amples informations sur les méthodes ne faisant pas appel aux animaux sur le portail thématique « L'expérimentation animale expliquée » de l'Académie suisse des sciences naturelles [11].

Ce texte est extrait du dossier « L’expérimentation animale en Suisse (FAQ) ».

Cliquez ici pour un aperçu du dossier.

Références

[3]

Report on a European Commission Scientific Conference held on 6-7 December 2016 at The Egg, Brussels, Belgium, https://ec.europa.eu/environme...

[4]

Garattini, S., & Grignaschi, G. (2017). Animal testing is still the best way to find new treatments for patients. European Journal of Internal Medicine, 39, 32–35.

[5]

Pour un aperçu détaillé des différentes méthodes et approches, voir « The Paradigm Shift : Advanced Animal-free Approaches » dans : Herrmann, Kathrin, et Kimberley Jayne. L'expérimentation animale : vers un changement de paradigme. Brill, 2019. Voir également la question « Pourquoi les expériences sur animaux ne peuvent-elles pas encore être complètement remplacées par des méthodes ne faisant pas appel aux animaux (dites « méthodes alternatives ») ? » du dossier « L’expérimentation animale en Suisse (FAQ) » de Reatch.

[6]

Simian, M., & Bissell, M. J. (2017). Organoids: a historical perspective of thinking in three dimensions. Journal of Cell Biology, 216(1), 31-40.

[7]

ETH Zürich (2019), Schädliche Wirkung auf Embryonen frühzeitig in vitro testen, https://ethz.ch/de/news-und-ve...

[8]

Low, L. A., Mummery, C., Berridge, B. R., Austin, C. P., & Tagle, D. A. (2021). Organs-on-chips: into the next decade. Nature Reviews Drug Discovery, 20(5), 345-361.

[9]

U.S. Pharmacopeia (USP), Chapter <151> "Pyrogen Test"

[10]

European Pharmacopoeia (EP), Chapter 2.6.30, « Monocyte Activation Test »

[11]

Académie des sciences naturelles, Les méthodes sans expérimentation animale, Les méthodes sans expérimentation animale | Focus Expérimentation animale (sciencesnaturelles.ch).

Avez-vous découvert quelque chose qui manque ou qui est incorrect ? Alors montrez-le nous ! Voici comment cela fonctionne :

  1. Surlignez le passage du texte que vous souhaitez commenter.
  2. Cliquez sur l'icône de commentaire qui apparaît et dites-nous ce qui manque ou ce qui ne va pas.
  3. Important : Veuillez justifier votre déclaration. Pour les déclarations factuelles, veuillez également vous référer aux sources pertinentes.

Nous vérifions régulièrement les textes pour voir s'il y a de nouveaux commentaires et nous les intégrons dans le texte si possible. Attention : les commentaires sans motifs et sans sources ne seront pas pris en compte.

Auteur·rice·s

Jonas Füglistaler a obtenu son master en biotechnologie à l'ETH Zurich. Depuis lors, il travaille dans le développement de médicaments. Il s'intéresse particulièrement aux nouvelles découvertes des différentes disciplines scientifiques qui contribuent aux progrès de la médecine.

Cet article reflète les opinions personnelles des auteur·rice·s et ne reflète pas nécessairement celles de Reatch ou de ses membres.

Pour commenter, sélectionner plus de 20 caractères dans le texte et cliquer sur la bulle.